LivretA - 468x60

Christian Noyer préfère, lorsque cela est possible, que le taux de rémunération du Livret A reste basé sur la formule établie

Malgré ses interventions récentes, préconisant de maintenir le taux de rémunération du
Livret A  au rendement qu’il affichait malgré le fait que le nouveau mode de calcul devait conduire à une hausse de celui-ci, Christian Noyer, le gouverneur de la Banque de France indique désormais être davantage favorable à ce que le résultat de la formule imposée soit respecté.

Le taux du Livret A sera-t-il modifié le 1er  août prochain ?

Devant être publié jeudi 20 juillet, le taux de l’inflation, qui tient désormais une place importante dans cette formule de calcul, devrait ainsi donner une bonne indication quant à l’avenir du placement favori des Français.

Réévalué généralement le 1er mai et le 1er août et, lorsque les circonstances le rendent utile, le 1er février et le 1er novembre, le taux de rémunération du Livret A reste, malgré les nouvelles dispositions prises, soumis à l’appréciation du Gouverneur de la Banque de France, le Ministère de l’Economie finissant par prendre la décision définitive.

Des dérogations qui modifient beaucoup les choses

Depuis le mois de janvier 2009, date d’ouverture de la distribution du Livret A à l’ensemble des établissements financiers, de nombreuses dérogations sont venues empêcher l’application de la formule préconisée, la dernière ne remontant d’ailleurs qu’au mois de février dernier, Christian Noyer s’étant alors opposé à une hausse du rendement du placement à 2,75 % pour le laisser au niveau qu’il affichait alors soit 2,25 %, ce dernier misant sur un ralentissement de l’inflation, prévu pour les mois à venir et qui s’est d’ailleurs confirmé par la suite.

Ayant suscité un bon nombre de réactions, le Gouverneur de la Banque de France s’est dit peiné par les courriers reçus qui l’accusaient d’avoir empêché les épargnants de bénéficier de meilleurs gains par son refus d’augmenter le taux de rémunération de leur livret d’épargne favori.

Entendant se défendre de toute mauvaise intention, Christian Noyer a tenu à rappeler que , depuis le mois d’août 2008, ses diverses interventions ont permis, aux épargnants, de gagner un milliard d’euros, rappelant tout particulièrement le moment où, le 1er novembre 2009, celui-ci avait empêché, Christine Lagarde, alors Ministre de l’Economie, de réduire à 0 % le rendement du Livret A qui se trouvait déjà à son niveau historique le plus bas avec 1,25 %.

Un placement toujours aussi sollicité

S’agissant de l’une des formules d’épargne les plus appréciées des Français, à l’heure actuelle, dans ce contexte économique difficile, où la recherche d’une solution totalement libre et performante, reste un priorité, le Livret A ne devra ainsi pas voir son taux de rémunération trop diminuer pour continuer de séduire les usagers qui montrent, à nouveau, un grand intérêt pour celui-ci, après l’avoir quelque peu délaissé.

Devant également voir prochainement son plafond rehaussé, comme l’avait promis François Hollande, lors de la campagne présidentielle, et même si cette mesure devrait arriver plus progressivement que prévu, le Livret A semble avoir encore de beaux jours devant lui et pouvoir satisfaire un maximum d’usagers.