LivretA - 468x60

L’inflation marque le pas en mai

Le mois dernier et selon l’INSEE, l’inflation a cessé de courir dans l’hexagone, ceci s’expliquant notamment par la diminution du coût de l’énergie, une première depuis la fin de l’année 2010. Dans le même temps, les tarifs pratiqués dans le secteur de l’alimentation, eux, ont continué à monter.

Si les prix à la consommation n’ont guère vraiment évolué par rapport à mai (+0,1%), ils affichaient en revanche une tendance haussière pour avril (+0,3%) ainsi que sur l’ensemble de l’année (+2%).

Ce sont les chiffres du mois du juin qui détermineront s’il convient ou non de relever les taux du livret A. s’ils sont les mêmes que ceux relevés en mai, le taux serait vraisemblablement relevé de 0,25% pour passer de 2 à 2,25%.

L’INSEE précise :

« On peut dire qu’augmentations et diminutions s’égalisent en mai. Si les produits frais voient leur prix sensiblement s’envoler en saison cette année, ceux de l’énergie et des services de transports et communications, eux, diminuent ».

Comme le pétrole baisse, les tarifs de l’énergie suivent la tendance. Mieux que ça, ils baissent eux aussi pour la réelle première fois (-1,3%) depuis la fin de l’année dernière après avoir augmenté dans les mêmes proportions en avril. Cela dit et sur l’ensemble de l’année, on relève tout de même une augmentation de plus de 11%.

La baisse est plus sensible sur les combustibles liquides (-4,9%, + 18,3% en une année) que sur les carburants (-1,4% et +12,8% sur l’année). Ceci s’expliquant autant par des questions de saisons que par la fiscalité qui, en l’espèce, n’est pas la même.

Quant aux tarifs du secteur alimentaire, ils s’envolent (+1,3% pour une année).

Les produits frais, s’ils ont baissé en avril, connaissent de nouveau une augmentation de 3,4% (-2,8% sur l’année), et ceci est entre autres dû au coût des denrées fraîches (+8,1%).

Par ailleurs et toujours dans ce secteur, les matières premières poursuivent leur flambée et impactent donc directement sur les tarifs des cafés, thés et autres chocolats (+2,1%, +6,2% sur l’année), mais aussi des huiles et autres graisses (+1,4% et +4,7% sur l’année), des pains et céréales (+0,6% et +1,7% sur une année) et enfin de la viande (+0,6% et + 2,2% sur l’année).

Pour les services, leurs prix ont peu baissé le mois dernier (0,1% et 1,8% sur l’année). Après les vacances de Pâques, les tarifs des compagnies aériennes diminuent certes mais dès qu’arrive la saison estivale les voyages touristiques « all inclusive » grimpent de nouveau en flèche (+15,7%).

Alors qu’en matière de télécommunication, on a relevé des baisses assez sensibles (-1,1% et 2,4% sur l’année).

Quant aux produits manufacturés, la tendance est aussi à la baisse (-0,1% et +0,2% sur l’année) même si l’on peut toutefois relever que concernant les vêtements et les souliers, les prix sont, eux, légèrement à la hausse (+0,2% et 1,3% sur l’année), ceci s’expliquant notamment par l’arrêt des soldes.

Ce qui n’est pas du tout le cas pour les véhicules neufs qui, eux, profitent des campagnes de promotion pour baisser leurs tarifs (-1,7% et +2,1% sur l’année).