LivretA - 468x60

La Caisse des Dépôts et Consignations réagit à sa mise sous surveillance par Standard & Poor’s

En cette période de crise, plus que jamais, les établissements bancaires restent particulièrement attentifs à l’évaluation des agences de notation, telles que Moody’s et Fitch, la modification de celle-ci pouvant avoir de lourdes conséquences sur la confiance des usagers et des investisseurs, c’est pourquoi la Caisse des Dépôts et Consignations, chargée de la gestion des dépôts du Livret A a tenu à réagir rapidement à la dégradation de sa note par Standard & Poor’s.

Publiant dès vendredi un communiqué, l’établissement a ainsi apporté quelques précisions quant à sa mise sous surveillance négative par une des plus importantes agences de notation, précisant que cette modification résultait du choix de faire suivre à l’évaluation de la CDC le même chemin que celle de l’État, expliquant ainsi que la décision n’était en rien fondée sur une quelconque modification de la situation de l’établissement lui-même.

Centralisant aujourd’hui la gestion de plus de 65 % des sommes versées par les Français sur le Livret A et le Livret de Développement Durable, la CDC a, une nouvelle fois, tenu à souligner que la majorité de ces fonds étaient utilisée pour le financement du logement social, rôle qui, selon Standard & Poor’s même, lui assure le soutien de l’État, en cas de survenue de graves difficultés, permettant ainsi aux titulaires de ces placements de bénéficier de la meilleure couverture possible.

Précisant que sa situation restait particulièrement solide, voire nettement supérieure aux exigences des normes bancaires, la CDC a ainsi tenu à rassurer les épargnants français, réaffirmant que le Livret A, tout comme le LDD, font l’objet d’une gestion dédiée, soumise à des contraintes particulières permettant de garantir la plus grande sécurité aux fonds qui leur sont confiés par les épargnants.