LivretA - 468x60

Le panier percé du Livret A

Le Livret A enregistre une décollecte de 1,5 milliard d’euros en septembre 2013.

Plus qu’un phénomène conjoncturel, il semble que ce soit une tendance lourde.

Un mois de collecte négative pour l’épargne défiscalisée

Le mois de septembre se referme sur une décollecte de 2,08 milliards d’euros pour le Livret A et le livret de développement durable (LDD).

Pour le Livret A,  qui a perdu 1,56 milliard d’euros ce mois de septembre, il s’agit du premier mois négatif après deux années de collecte positive. La dernière décollecte s’était produite au mois de novembre 2011 pour un montant plus modéré de 40 millions d’euros.

Que la collecte soit aujourd’hui négative ne surprendra pas. Depuis le printemps, la collecte sur le Livret A s’est progressivement essoufflée, jusqu’à n’enregistrer en août qu’une collecte nette de 50 millions d’euros, le plus bas de l’année. En outre, il est admis qu’au mois de septembre, les épargnants couvrent leurs frais de rentrée et s’acquittent du dernier tiers de l’impôt sur le revenu à l’aide des sommes disponibles sur leur livret.

En revanche, le volume de cette décollecte inquiète beaucoup plus.

Les espoirs des banques menacés

En juillet dernier, les banques qui reversent 60% de l’épargne drainée sur les Livret A et LDD à la Caisse des Dépôts (CDC) avaient obtenu que le Fonds d’épargne leur rétrocède 30 milliards d’euros. La contrepartie est d’allouer ces fonds au financement des PME et encore, sous réserve des sommes disponibles après le passage des prêts au logement social et aux collectivités locales. Comme l’encours des prêts octroyés par le Fonds d’épargne croît en moyenne de 13 milliards d’euros par an, une trop forte chute de la collecte sur le Livret A et LDD amenuise les fonds espérés par les banques.

Une année toujours record

Pour le moment, l’encours total des Livret A et LDD s’élève à 363,6 milliards d’euros. Leur collecte sur les neuf premiers mois de l’année est positive et même parmi les plus fortes enregistrées dans l’histoire de ces produits d’épargne. Elle s’élève actuellement à 20,98 milliards d’euros, se classant juste derrière le record des 49,16 milliards d’euros obtenus en 2012. Comparativement à l’année dernière, la collecte de ces trois premiers trimestres marque une progression de 20,5 %.

 Une collecte en baisse les prochains mois

Si le mois de septembre n’est pas le plus favorable à l’épargne, la chute du taux de rémunération du Livret A, passé à 1,25 % le 1er août, a contribué à détourner les placements vers des produits plus performants comme les super livrets des banques en ligne, l’assurance-vie ou les investissements en bourse, la bonne tenue des marchés financiers aidant.

En l’état, rien ne justifie le relèvement du taux du Livret A, surtout qu’à 1,25% il serait encore excessif. Considérant les taux courts et l’inflation, le taux de l’épargne réglementée devrait n’être que de 1%. Bien que majoré, ce faible niveau de rémunération ne devrait pas bouger pendant au moins un an. Le risque est alors de voir les épargnants fuir ce placement, exactement comme cela s’était produit en 2009 où les sept mois de taux plancher à 1,25 % s’étaient traduits par une décollecte de 7,26 milliards d’euros. Cette réorientation des flux ne sera pas forcément un mal et pourra profiter soit à la consommation, soit aux nouveaux dispositifs de financement des entreprises dont le prochain PEA-PME. Seule sera déçue l’attente des Français en faveur d’une épargne de court terme, disponible, sécurisée, sans frais et performante.