LivretA - 468x60

Le taux du Livret A maintenu à 1%

livret A

Le ministre des Finances et des Comptes publics a confirmé un taux d’intérêt de 1% pour le Livret A au premier semestre 2015. La conjoncture et l’application du mode de calcul auraient pourtant dû conduire à un recul plus sévère de la rémunération de ce compte épargne populaire.

 

Michel Sapin a pris en pitié l’épargne populaire en annonçant ce 15 janvier le maintien d’un taux d’intérêt de 1 % pour le Livret A.

Révisée en août et en février, la rémunération du plus populaire des livrets d’épargne obéit en principe à une règle de calcul fonction de l’évolution des taux sur les marchés et du niveau de l’inflation. Vu que l’inflation fin décembre 2014 était nulle, le taux d’intérêt applicable n’aurait été que de 0,25%.

Considérant certainement le choc émotif d’une telle rémunération sur le public, le gouverneur de la Banque de France s’était prononcé en faveur d’un recul modéré du taux d’intérêt, limité à 0,75 %. Le ministre des Finances s’est finalement montré plus large en n’outrepassant pas le 1%, niveau de rémunération le plus bas connu du Livret A.

Malgré tout, il n’est pas sûr que les épargnants apprécient cette fleur du gouvernement. Depuis le second semestre 2014, d’après les chiffres de la Caisse des dépôts, la décollecte s’est accélérée sur le Livret A, lequel a terminé l’année sur une décollecte nette de 6,13 milliards d’euros. Sa rémunération nette d’impôt et de prélèvements sociaux de 1% n’est vraisemblablement pas suffisante à retenir les épargnants qui auraient réorienté leurs économies sur l’assurance-vie.

Le Livret A n’est cependant pas démuni de tout intérêt : outre sa rémunération nette, la sécurité et la liquidité de l’épargne répondent à l’attente de nombreux épargnants. Les sommes déposées produisent des intérêts à partir de la première quinzaine civile, 1er ou 16 du mois, suivant la date du dépôt. Les intérêts sont ensuite capitalisés en fin d’année. Des conditions somme toute plus avantageuses que les livrets bancaires dont les taux annuels standards sont minimes.