LivretA - 468x60

Nouvelle hausse du taux du livret A

Dès aujourd’hui, 1er août, le livret A va rapporter 2,25% net. Même chose pour le livret de développement durable et le livret bleu qui vont eux aussi voir leur rémunération augmenter de 0,25% pour passer de 2 à 2,25% net. Quant aux comptes sur livret d’épargne populaire, ils vont désormais rapporter 2,75% net.

Le taux du livret A, qui est clairement le placement que plébiscitent le plus nos concitoyens, est calculé deux fois dans l’année et prend en compte les taux relevés sur les marchés monétaires et de l’inflation (qui a augmenté pour atteindre 2,1% en juin dernier).

Cette nouvelle hausse du taux de rémunération (en février le livret A était déjà passé de 1,75 à 2%) aura sans doute pour effet de voir arriver de nouveaux souscripteurs à ce livret d’épargne défiscalisé qu’aiment tant les français.

Lors du premier semestre 2011, les épargnants ont déjà versé plus de 10 milliards d’euros sur leur livret. Et c’est bien souvent l’assurance vie qui en a fait les frais, ce qu’on constate fort bien en observant la fonte de sa collecte.

Cela dit, nos compatriotes privilégient nettement la prudence en ces temps de crise des dettes souveraines européennes qui, bien entendu, influent directement sur leur patrimoine, au même titre que les marchés des actions, qui, eux aussi, ont tendance à s’affoler.

Il faut dire aussi que les banquiers sont souvent les premiers à favoriser cette tendance en poussant nos concitoyens à se réfugier dans des épargnes bancaires stables et solides. Et ce, pour mieux pouvoir contrer, par anticipation, les nouvelles contraintes réglementaires en matière de fonds propres.

A la fin du mois de juin dernier, l’encours des 59,7 millions de livrets A possédés par les usagers (dont les dépôts, rappelons-le, ne peuvent excéder 15 300 euros) a atteint 205,4 milliards d’euros, ce qui constitue un record, certes, mais reste loin des encours de l’assurance vie qui, eux, atteignaient 1378 milliards d’euros a la même date.

Il est vrai que le livret A demeure assurément pour l’heure un des placements liquides les plus performants, avec une rémunération supérieure a l’inflation. Ce qui n’est pas vrai pour les sicav monétaires et les autres livrets bancaires fiscalisés que proposent, entre autres, les banques en ligne. Même s’il est exact que beaucoup de ces derniers, ayant anticipé l’augmentation du livret A, ont relevé le taux de base de leurs livrets le mois dernier. Citons ici Fortuneo (2,3% brut), BforBank (2,5% brut) et encore Boursorama (2,25% brut).

Notons toutefois qu’après fiscalité (prélèvement libératoire et prélèvements sociaux de 32,1%), ces livrets ne vont plus rapporter que 1,57% ou 1,7% net, des chiffres inférieurs a ceux de l’inflation.

Parmi les établissements qui demeurent compétitifs vis-à-vis du livret A, nous pouvons citer Cortal Consors qui a refusé de verser dans les promotions très attractives à court terme et qui propose un taux de 3,25% brut, ce qui équivaut à 2,2% net.

Quant aux autres établissements en ligne, ils poursuivent leur politique de bienvenue qui consiste à présenter à leur nouvelle clientèle des offres pour le moins alléchantes (4,5% à 5% en moyenne) et ce, pour une durée variant de trois a quatre mois.

La cible ici visée est clairement identifiée comme étant les épargnants qui souhaitent placer leurs fonds sur une courte durée. Elle inclut aussi ceux qui traquent toutes les promotions et essaient de les combiner entre elles afin de pouvoir cumuler plusieurs offres de suite.

Cela dit, il convient pour ceux-là de bien réfléchir au préalable. Car au-delà de la période de bienvenue, attention à la chute ! Ne pas anticiper tout cela c’est s’exposer à de sérieuses désillusions. Les promotions trop attractives cachent souvent, nul n’est censé l’ignorer, des pièges qu’il est important de savoir éviter. Si chercher ce qu’il y a de mieux pour placer intelligemment son épargne est naturel, gare cependant à ne pas se bercer d’illusion à force de vouloir trop tirer le diable par la queue !