LivretA - 468x60

Vers une nouvelle hausse de la rémunération des livrets réglementés

Conformément aux règles en vigueur, le Ministère de l’Économie et des Finances a procédé, en ce début de mois de février, à la réévaluation du taux du Livret A qui, à l’occasion d’une hausse des prix à la consommation, marquée surtout par la forte progression du coût des matières premières, a vu son rendement augmenter au 1er février 2011 à 2 %, permettant ainsi aux épargnants de bénéficier d’un surcroît de rémunération pouvant aller jusqu’à un maximum de 38,25 € pour l’année en cours.

Outre la bonne nouvelle que représente cette augmentation pour l’ensemble des titulaires d’un Livret A, cette hausse devrait permettre de voir la rémunération offerte par les autres produits d’épargne réglementés évoluer dans le même sens, leurs performances étant, en effet, indexées sur celle du placement préféré des Français. C’est ainsi que, à partir de cette même date, le Livret de Développement Durable et le Livret Bleu, distribué par le Crédit Mutuel, devraient voir leurs résultats portés également à 2 %, le Livret Épargne Populaire et le Plan Épargne Logement, bénéficiant aussi de cette progression, continuant, pour leur part, à se présenter comme les solutions les plus intéressantes, en proposant une rémunération de 2,50 %, tandis que certains autres produits restent encore en retrait, à l’image du Livret Épargne Entreprise, dont le rendement s’établit désormais à 1,50 %, et du Compte Épargne Logement, qui tient toujours sa place de livret réglementé le moins rémunérateur, avec un taux s’élevant à seulement 1,25 %.

Une telle hausse, bien que limitée, s’avère être particulièrement importante pour l’ensemble des épargnants, dans la mesure où le Livret A a connu, suite à la crise financière de 2008, une période particulièrement délicate, l’amenant à connaître, avec un résultat de 1,25 %, son taux historique le plus bas, contribuant alors à rendre particulièrement attractives les offres d’assurances vie et de supers livrets proposées par les banques en ligne. Cette hausse devrait donc désormais permettre à ce placement de retrouver son public et profiter, plus spécifiquement, aux épargnants de moins de 25 ans et aux foyers à revenus modestes, celle-ci ayant, en effet, un plus grand impact sur les rémunérations proposées par le Livret Jeune et le Livret Épargne Populaire, permettant ainsi à ces populations fragilisées de tirer un meilleur profit de leurs économies.

Si le taux du Livret A peut sembler aujourd’hui peu intéressant compte tenu de certaines offres concurrentes, il convient de souligner que celui-ci bénéficie, du fait de son statut de placement réglementé, d’une exonération totale d’imposition, contrairement aux placements distribués par les établissements en ligne, qui restent soumis à des prélèvements sociaux s’élevant à 12,30 % et à l’application d’un Prélèvement Forfaitaire Libératoire de 19 %, à moins que l’épargnant ne décide de remplacer ce dernier, par l’incorporation des revenus générés dans le calcul de son impôt sur le revenu, diminuant cependant, dans chacun de ces deux cas, les performances affichées par ces supers livrets.

Bien que le Livret A, détenu à plus de 50 millions d’exemplaires,  reste toujours le placement le plus prisé, celui-ci ne constitue toutefois pas la meilleure solution pour l’ensemble des épargnants, étant donné que les jeunes et les foyers à revenus modestes, payant moins de 769 € d’impôts sur le revenu, peuvent trouver, auprès du Livret Jeune et du Livret Épargne Populaire, une meilleure rémunération, leur permettant ainsi de profiter pleinement de tous les avantages offerts par les produits d’épargne réglementés.